La nanométrologie n’en est qu’à ses balbutiements et l’ensemble des acteurs impliqués dans le domaine émergent des nanotechnologies s’accorde sur le fait que le développement d’une métrologie et d’une instrumentation adaptées à l’échelle nanométrique (1-100 nm) aurait un effet « catalyseur » sur le développement global du domaine.

Dans le secteur de la nanofabrication, dont l’objectif est de produire des nanomatériaux et nanodispositifs avec un haut degré de précision et une grande fiabilité, il est souvent difficile de mettre en place une instrumentation capable de mesurer la taille, la forme et les propriétés physico-chimiques des nano-objets avec les incertitudes requises. Le soutien aux industriels dans ce domaine exige le développement d’une nouvelle métrologie, la nanométrologie, qui se distingue de la métrologie traditionnelle par son aspect multidisciplinaire et qui nécessite l’émergence de nouveaux concepts.

En parallèle, le développement des nanomatériaux pose la question de leur régulation et des risques possibles en matière de santé et d’environnement. De nombreux produits de consommation contenant des nanomatériaux sont déjà commercialisés. L’ensemble des rapports publiés par les agences gouvernementales et les organismes de normalisation pointe le manque d’instruments, l’absence de matériaux de référence et de méthodologies qui permettraient d’établir la traçabilité des mesures réalisées et de faciliter ainsi les comparaisons entre les différents partenaires.